Vous êtes ici : Accueil / Présentation / Alèthéia / Témoignages de professionnels

Témoignages de professionnels

 

Aline MINEREAU, Psychologue du Travail – ErgonomeCentre de Rééducation Professionnelle de LADAPT Sarthe/Façade AtlantiqueJuillet 2019

«  Psychologue du travail depuis 8 années, j'ai suivi deux actions de formation sur la pédagogie expérientielle et l’ADVP avec ALETHEIA formation.La première s'est déroulée il y a 6 ans au sein d'un groupe de professionnels à Lyon. La seconde action s'est déroulée il y a moins de 6 mois au sein de mon association avec les membres de l'équipe de Préorientation dont je fais partie.
Cette action m'a permis de requestionner ma pratique professionnelle. En équipe et supervisé par ALETHEIA Formation, nous avons pu améliorer le déroulé de l'action de Préorientation.
Concernant ma posture, l'action de formation m'a permis de questionner ma pratique : quelle relation je souhaitais/pouvais avoir avec les usagers ? Aujourd'hui, je suis dans une relation plus égalitaire avec l'usager, je suis professionnelle uniquement des outils d'orientation mais je ne définis pas le projet de la personne. Cette symétrie m'apporte un confort professionnel car elle correspond à mes valeurs et permet à l'usager une réflexion globale et une prise de confiance en lui. L'authenticité dans la relation d'accompagnement n'est pas conventionnelle, ni prônée dans nos formations de psychologue, pour autant les mois de pratique me permettent de sortir satisfaite de cela. Les tensions sont moins présentes entre professionnels et stagiaires.La relation est vraie et la confiance est présente entre usager et professionnel.
Concernant la technique d'utilisation des outils ADVP, j'ai progressé et gagné en rigueur dans la conduite d'entretien mais surtout dans l'animation de mise en situation. Bien entendu, celles que j'ai pu expérimenter durant la session de formation sont plus aisées à utiliser aujourd'hui. L'expérience me fera gagner en confort. Les outils ADVP permettent aux usagers de créer leurs savoirs, d'ouvrir leur champ de conscience... cela déstabilise certaines personnes tout en leur apportant la satisfaction d'avoir réussi à s'exprimer et à rechercher des informations. Pour moi, en tant que professionnelle, je vois l'évolution surtout en ce qui concerne la prise de parole et l'affirmation de leur point de vue.  La formation m'a permis également de prendre conscience des différents champs à questionner : aujourd'hui la réflexion projet est plus large, ce qui permet des prises de décisions en accord avec les besoins des usagers.L'ADVP nous demande de nous adapter, de modifier régulièrement nos journées d'intervention, on sort d'une monotonie en essayant de répondre aux besoins des usagers. 
Aujourd'hui je suis 100 % convaincue que l'ADVP est une méthode respectueuse de la personne et permet à l'usager d'avoir une réflexion solide concernant son projet. Pour autant ça reste une méthodologie complexe qui demande de mon point de vu une supervision à minima sur la première année de pratique. »

Pierrick ARNAUD, Coach Professionnel et Formateur

« L'ADVP m'est utile autant en accompagnement individuel que collectif.En individuel, je l'utilise essentiellement aupres de publics en recherche d'emploi. En collectif, je l'utilise surtout auprès de publics étudiants au sein des écoles et universités. Dans les 2 cas, l'ADVP est un outil très utile pour aider les personnes à mieux se connaître et à préciser leur projet professionnel. La diversité des outils et mises en situations est un vrai atout. L'aspect "expérientiel" de cette approche est aussi décisif car il permet aux participants de s'impliquer davantage et de s'approprier les résultats de ce travail. Enfin, la dimension ludique de l'ADVP aide aussi beaucoup, auprès des publics jeunes comme des moins jeunes. »


Pauline BADANAI, Psychologue de l’orientation
Août 2019

Comment cela a pu faire évoluer votre posture vis à vis de la personne ou des personnes que vous accompagnez ? Psychologue de l’orientation de formation, j’avais déjà été sensibilisée à l’approche ADVP au cours de ma dernière année d’études. J’ai participé à la formation proposée par Aletheia pour aborder de manière plus précise et plus pratique les outils. Je ne m’en suis pas servi de suite à l’issue de cette formation en 2014, le contexte professionnel dans lequel j’étais ne me le permettant pas vraiment. En 2016, j’ai utilisé de manière régulière les mises en situation. L’approche et outils émanant sont selon moi de riches ressources à mettre en place auprès de personnes en situation de transition. L’ADVP est selon moi une approche qui ne se centre pas uniquement sur l’accompagnement de la personne dans une décision à prendre, une orientation à choisir, mais sur la conscientisation de l’ensemble des éléments qui mènent à ce choix. En ce sens, il s’agit d’une véritable manière de concevoir l’orientation. Nous n’accompagnement pas simplement à choisir un métier, une profession, nous accompagnons la personne dans une prise de conscience d’elle-même et de l’extérieur. Plus la personne a conscience, plus elle est à même de procéder à de nouveaux choix. Cela est de fait important lorsqu’on constate les carrières multi-métiers. Nous n’occupons pas un seul métier, un seul métier, dans une seule entreprise tout au long de notre vie professionnelle.

Selon moi, dans la posture professionnelle, cela permet plusieurs éléments importants : - Le consultant accompagne la personne dans un processus de mise en lumière, d’identification et de conscientisation de différents éléments (liés à l’individu, à l’environnement socio-économique, à l’entourage). Il n’accompagne pas uniquement la recherche d’un métier ou d’une profession. Ainsi, cela laisse supposer un certain lâcher-prise de la part du consultant. Son travail consiste à accompagner la personne dans l’émergence des éléments qui seraient constitutifs d’une décision, d’un choix. Les éléments vont venir de la personne, non du consultant. Ce dernier est là pour tenir conseil… L’approche éducative à l’orientation peut bousculer les manières de considérer son travail de consultant et questionner la posture et le positionnement professionnel. Pour ma part, je crois que l’ADVP correspondait en partie à ma manière de considérer l’accompagnement de la personne et m’a conforté dans mon positionnement. - Considération du projet professionnel comme partie d’un projet plus global : L’ADVP propose à la personne de réfléchir à la notion de projet en général. Le choix d’un métier s’inscrit dans le cadre d’un projet qui s’étend au-delà de l’aspect professionnel. La personne est invitée à réfléchir à un projet de vie. La notion de « projet professionnel » étant souvent omniprésente et vécue comme oppressante par les personnes, cela permet de se décentrer de la question du choix de métier. - Outils qui permettent d’aborder les éléments avec distance, de manière ludique et interactive, tournés vers l’action de la personne puis vers une analyse individuelle. Les mises en situation permettent à la personne d’être au coeur de la démarche, de réfléchir autrement, avec une certaine distance du sujet traité. Puis l’exploitation permet un retour sur soi, pour soi, induisant une analyse sur ce qui s’est joué, sur ce qui est important pour la personne ; L’exploitation de la tâche est selon moi primordiale dans la pratique de l’ADVP et nécessaire pour la personne. - Plus généralement, l’ADVP est approche qui se veut ouverte dans l’esprit et respectueuse de la personne. Elle se place du côté de l’individu en tant que tel. L’approche ADVP, notamment de par son influence Rogérienne, correspond tout à fait à la manière dont je conçois l’accompagnement de la personne dans les processus de changements, qu’ils soient professionnels ou extra-professionnels. 
Avez-vous constaté des effets satisfaisants pour les personnes que vous accompagnez ? - L’aspect « ludique » est souvent apprécié par les participants. Les mises en situation leur permettent d’aborder les questions d’orientation (métiers, goûts, etc.) avec davantage de distance dans un premier temps. Puis dans un second temps, de réfléchir à eux. Cela les aide dans la prise de conscience des éléments liés à l’orientation. - L’aspect « novateur » des mises en situation est également relevé. Cela suscite l’étonnement et l’adhésion d’une manière générale. - L’aspect « actif »: les personnes sont impliquées dans la tâche proposée par la mise en situation. Elles font, elles produisent. C’est en faisant que l’on comprend, que l’on mémorise et que l’on pourra refaire par la suite.



Corinne PONCET LACROIX, consultante en orientation scolaire et en évolution professionnelleEDUKAP Lyon Août 2019

L’ADVP, c’est magique !J’avais une connaissance assez vague de la méthode ADVP pour en avoir entendu parler lors d’une formation à l’utilisation de tests psychotechniques. Cela a suffi pour me donner l’envie de découvrir davantage cette approche.Or à Lyon, je n’ai pas trouvé d’organisme proposant de formation complète. C’est en assistant à une conférence sur l’orientation que l’un des formateurs animait que j’ai vraiment « flashé » sur cette méthode.L’approche du formateur, ses valeurs et son humilité étaient en accord avec mes besoins et intérêts de cette période. J’allais débuter mon activité d’accompagnement scolaire et professionnel et j’avais le sentiment de manqué d’outils spécifiques.J’ai donc suivi la formation ADVP niveau 1 durant 5 jours au cours desquels, il y a des apports théoriques, mais/ et surtout une mise en pratique.  En effet, les stagiaires peuvent expérimenter plusieurs mises en situation, analyser leurs pratiques.
La formation se déroule dans la bienveillance et l’écoute. Le formateur apporte des éléments théoriques et implique les stagiaires naturellement avec une analyse de pratique à l’issue de chaque mise en situation.La formation ne s’arrête pas sitôt la porte de la salle franchie. Le formateur et l’équipe d’AL reste disponible pour répondre aux interrogations des stagiaires, nous donner des conseils, proposer les mises en situation les mieux adaptées à la spécificité du jeune accompagné.Par ailleurs, nous avons pu tisser de vrais liens entre praticiens de l’ADVP à Lyon. Nous avons pu grâce à cette formation nous rencontrer régulièrement pour échanger sur nos pratiques et construire ensemble des modules d’accompagnement à destination d’étudiants.  Certains ont d’ailleurs été expérimentés. J’ai souhaité poursuivre la formation par la pratique de l’entretien DIVA. Cette seconde formation nécessite la formation de niv 1 pour être suivi. Il convient en effet de connaitre les différentes phases de l’ADVP et idéalement avoir pratiqué. Cette formation se déroule en 2 temps : un 1er temps où se mêlent théorie et pratique, puis un 2e temps lors duquel les stagiaires peuvent « débriefer » sur les entretiens DIVA qu’ils ont pu mener.Avec cette seconde formation, il est possible d’aller plus loin dans les accompagnements d’adultes. Il s’agit pour les consultants d’une méthode de coaching innovante, qui permet de dénouer des situations. J’utilise la méthode ADVP dans ma pratique depuis 3 ans ; en accompagnement individuel ou collectif de jeunes et je n’envisage pas de modifier ma pratique. J’ai pu mesurer l’effet ADVP sur la première personne que j’ai accompagnée : il était timide est renfermé, l’ADVP lui a permis de se découvrir, de valider des hypothèses d’orientation, de faire des choix en toute connaissance, d’échanger avec sa famille sur ses besoins et envies, d’aborder l’années scolaire plus sereinement. De prendre confiance en lui.Ceci je le retrouve durant et à l’issue de chaque accompagnement.
Quant à l’entretien DIVA, il permet à la personne de prendre conscience non seulement de ses valeurs et intérêts ; mais également de ses freins, croyances limitantes.Utilisé en bilan de compétences, l’entretien DIVA a permis aux bénéficiaires de se reconnecter avec leurs besoins et poser les bases d’un nouveau projet professionnel.

 

Cécile THIRY, coach scolaire

Formée à l'ADVP il y a un an, j'apprécie tout particulièrement l'aspect ludique et concret de l'approche :
les différentes mises en situation permettent aux candidats d'être réellement impliqués et acteurs de leur démarche, et ce, quel que soit leur état d'avancement. Très adapté pour les jeunes, j'apprécie la diversité des outils, la possibilité de les faire cheminer en individuel comme en collectif, de les faire interagir entre eux pour qu'ils avancent dans leurs réflexions.
Les entretiens DIVA permettent d'explorer les environnements professionnels, les représentations que l'on s'en fait, et ses appétences ou non pour ces environnements.
L'ADVP est donc très utile pour moi dans mes accompagnements individuels et collectifs et très complémentaire à mes outils de coaching plus classique. C'est une approche dans l'ouverture vers nos coachés pour leur permettre une vraie implication dans leurs démarches.

Valérie BRANTONNE – Conseillère en Insertion/référente Rsa

Salariée de la Maison de l’Emploi et de la Formation du Cotentin, service du Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi

Ma mission est d’assurer l'accompagnement(1) vers l’emploi durable (formation qualifiante ou emploi d’au moins 6 mois) les demandeurs d’emploi adultes et bénéficiaires du Rsa, tout en prenant en compte les éléments des domaines périphériques à l’emploi (logement, santé, mobilité…). Dans cette perspective,  j’assure une prise en charge globale, personnalisée et sans limite de durée de chaque personne qui m’est confiée. J’accompagne les personnes soit en entretien individuel soit en collectif (ateliers).

Quelle(s) action(s) avez-vous mené avec l’ADVP ?

Fin 2010, afin d’améliorer ma pratique et de travailler autrement avec les bénéficiaires du PLIE, j’ai participé à une formation méthodologique de séances collectives ADVP (Activation du Développement Vocationnel et Personnel) en orientation et en insertion. J’avais suivi le module « initiation » en 2009.

J’ai tout de suite voulu mettre en pratique ce que je venais d’apprendre, persuadée que cette méthode éducative permettrait de renforcer l’implication des demandeurs d’emploi en tant qu’acteurs de leur parcours et les faire progresser dans cette dynamique.

Lors de nos différents échanges en réunion avec les autres conseillers du PLIE, nous avions évoqué que certains bénéficiaires ne pouvaient pas participer aux ateliers ou formation existantes.  Ils n’étaient pas prêts à être dans un rythme soutenu (5 jours semaine à temps plein) et à travailler leur projet professionnel (problèmes périphériques, problèmes financiers, garde d’enfants,…).

J’ai demandé à ma responsable l’autorisation de construire un atelier avec cette méthode ADVP, qui permettrait pour ces personnes de développer des liens sociaux, de sortir de l’entretien de binôme, ce qu’elle m’a accordé.

J’ai choisi 6 mises en situation permettant de couvrir les objectifs à atteindre (c’est quoi le bonheur, l’univers des émotions, la garde-robe, autour d’un mot, les 10 conseils pourris, le portrait chinois).

Les évaluations des participants aux différents ateliers que j'ai animé mettent en avant le fait que l’atelier leur avait permis de :

  • Prendre rendez-vous avec un psychologue,
  • Reprendre le sport,
  • Reprendre contact avec des personnes importantes, décider de déménager
  • Sortir de l’isolement, être dans une dynamique, nouer des contacts avec des personnes de leurs quartiers et ont prévu de se revoir
  • Mettre en évidence certains aspects de leur personnalité qu’ils avaient oublié (qualités, valeurs)

 

Pour ma part, la plus-value de l’atelier, c’est la possibilité d’aborder des thèmes différents ou d’une manière différente de l’entretien de face à face ; les participants sont vraiment les auteurs du travail fourni, je ne suis que pivot de la parole.

(1) Cet accompagnement est réalisé grâce au soutien financier du Fonds Social Européen, du Conseil Général de la Manche et de l'ACSé.

 

Sylvie ROUX, formée à l'ADVP et à DIVA:

CE QUE L’ADVP REPRESENTE ET M’APPORTE DANS MA PRATIQUE PROFESSIONNELLE:

Les valeurs qui sous-tendent l’ADVP me permettent d’entrer dans une relation particulière avec chacun de mes stagiaires et d’instaurer un climat bienveillant au sein du groupe. Je peux dire aujourd’hui que l’ADVP m’a réconciliée avec la notion de groupe, avec sa présence que je craignais et dont je me méfiais. Le caractère tout à la fois normatif et individualiste d'un groupe ne pouvait conduire, à mes yeux, qu’à une sorte d’esprit grégaire, soumis à l’opinion et sensible à la rumeur. L’ADVP m’a démontré qu’un groupe est capable de répondre à ses besoins en répondant de lui-même et pour chacun, dans un élan d’empathie partagée.

Les outils de l’ADVP aident les personnes à aller chercher en elles-mêmes les réponses à leurs questions, dissipant leurs doutes, et les voies possibles sur lesquelles s’engager. Les personnes trouvent leurs propres solutions qui sont nécessairement les meilleures. L’ADVP est un modèle heuristique qui facilite la réflexion, fait prendre conscience de sa cohérence propre, desserre les freins intérieurs et libère ainsi la confiance dans son projet. Les choses se construisent peu à peu, étape après étape avec une détermination qui s’accroît.

Enfin, l’ADVP, avec ses mises en situation, mobilise entièrement les personnes, les rend actives, les fait bouger, les sollicite. C’est le groupe qui fabrique la séance autant que le formateur qui la guide. Ce qui est bon pour le groupe est bon pour chacun de ses membres qui y trouve sa part. Chaque séance se construit sur le vif, avec l’événement, ce qui requiert chez le formateur des qualités d’observation, d’écoute et d’ouverture.